À propos du commerce équitable

2000px-Flag_of_Italy.svg

 

 

 

Aujourd’hui presque tout le monde a entendu parler au moins une fois dans sa vie de commerce équitable, mais en quoi consiste-t-il exactement ? La définition du site Artisansdumonde.org est la suivante : Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. A différence du commerce classique, le commerce équitable s’engage à respecter aussi bien le producteur que le consommateur : il prend en compte les besoins du premier et lui reconnait la juste rétribution pour ses efforts et en même temps il garantit la qualité au deuxième. En fait, si depuis le début des années 2000 ce phénomène s’est répandu presque partout, non seulement en France mais dans le monde entier, c’est parce que les consommateurs cherchent des produits de qualité meilleure et ils veulent au même moment s’engager dans un acte de solidarité avec de peuples de l’autre bout du monde.

Cependant, il ne faut pas confondre la solidarité avec l’aumône, comme il se passe avec l’une des visions du commerce équitable qui domine en France et qui tend à réduire ce phénomène à une nouvelle forme d’aide au tiers monde. Au contraire, le commerce équitable insiste sur l’équité tout au long de la filière, aussi bien pour les acteurs économiques du Nord que du Sud. Ce qui est évident quand même c’est la volonté des consommateurs occidentaux d’aider les producteurs du Sud, qui vivent dans des conditions précaires, et d’acheter leurs produits à travers des organismes certificateurs ou bien des grossistes qui garantissent le respect des savoir-faire traditionnels et de la nature.

Pourtant il existe des entreprises qui profitent de la popularité du commerce équitable pour vendre plus : elles se servent du stéréotype de « petits producteurs défavorisés du Sud » afin de réduire la question de l’equité dans les échanges économiques à une problématique de « marketing éthique ». Loin d’être un instrument de politique sociale du libéralisme, le commerce équitable constitue plutôt un véritable enjeu de société et le grand public en est au courant : 97% des Français connaissent le commerce équitable (IPSOS juillet 2011) alors qu’ils n’étaient que 9% en 2000. Artisansdumonde.org nous prévient que « le Commerce Equitable n’a donc plus d’enjeu de notoriété, mais parfois un manque de visibilité. Dans d’autres pays d’Europe (Grande-Bretagne, Suisse, Pays Bas etc.), la consommation équitable est jusqu’à trois ou quatre fois plus importante qu’en France. Il reste une marge de progression importante pour développer la consommation équitable »

Quelles sont, à ce point-là, les solutions pour améliorer davantage nos échanges équitables ? Développer la commande publique équitable, renforcer la transparence et la lisibilité des engagements et des résultats de la démarche pour les consommateurs et renforcer la visibilité du commerce équitable et des différents produits à travers l’organisation d’évènements et de campagnes de sensibilisation, c’est ce que le même site nous suggère. Tout le monde peut contribuer à la montée en puissance des filières du commerce équitable :  il est à rappeler que de petits gestes quotidiens comme l’achat d’un café équitable, permettent aux artisans du Sud de vivre dignement de leur travail.


Eleonora Valente


Bibliographie:

-artisansdumonde.org

-”Les désirs du consommateur et les soucis du citoyen”, Le Monde 04/05/07

-”Commerce équitable: un enjeu de société”, Politis, août 2003

-”Quel contrôle pour le commerce équitable?”, Le monde diplomatique, octobre 2001

Post simili

Rencontre avec des jeunes érythréens en route vers... Mon père est ce qu’on appelle un « navteur », c’est à dire une personne qui prend le train tous les jours pour se rendre au travail. Lors d’une journé...

Rispondi